mardi 12 décembre 2017

Mon adieu à Johnny Hallyday. Un phénomène français.

MON ADIEU À JOHNNY HALLYDAY. UN PHÉNOMÈNE FRANÇAIS.

«On a tous en nous quelque chose de Johnny. » Emmanuel Macron.————————————————————Biographie: Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday, est un chanteur, compositeur et acteur français né le 15 juin 1943 à Paris.

Avec plus de cinquante cinq ans de carrière, il est l'un des plus célèbres chanteurs francophones et l'une des personnalités les plus présentes dans le paysage médiatique français, où plus de 2 100 couvertures de magazines lui ont été consacrées.

S'il n'est pas le premier à chanter du rock en France, il est, en 1960, celui qui, le premier, popularise le rock and roll dans l'Hexagone. Après le rock, il lance le twist et le mashed potato, et s'il lui fut parfois reproché de céder aux modes musicales, il les a toutefois précédées plus souvent que suivies2. Les différents courants musicaux auxquels il s'est adonné, rock 'n' roll, pop, rhythm and blues, soul, rock psychédélique, puisent tous leurs origines dans le blues, et bien qu'interprète de nombreuses chansons dites de variété, de ballades, et parfois de country, le rock reste sa principale référence.

Son apport à la scène française est important. D'abord décrié puis reconnu, il impose sa marque et transforme le tour de chant traditionnel en un véritable spectacle. En dehors des pays francophones, s'il ne parvint pas durablement à s'imposer malgré plusieurs tournées à succès, notamment en Amérique du Sud, sa réputation d'homme de scène franchit en revanche les frontières. Au niveau international, Hallyday est considéré comme le seul rock’n’roller non anglophone connu par un large public.

Sa longévité au premier plan, comme ses prestations vocales et scéniques, lui attirent la reconnaissance de ses pairs. De l'Alhambra, en 1960, à aujourd'hui, en 183 tournées et 27 rentrées parisiennes, il a attiré plus de 28 millions de spectateurs, enregistré plus de 1 000 titres, composé une centaine de chansons et vendu 110 millions de disques. Sa carrière est déjà récompensée par 40 disques d’or, 22 de platine, 5 de diamant et 10 Victoires de la musique, pour une discographie officielle qui compte 50 albums studio et 27 albums live. (Source Wilkipedia).
————————————————————


J’écris ce texte en regardant les funérailles de Johnny Hallyday retransmis en direct à la télé. Plus de 700 bikers accompagnent le cortège funéraire jusqu’à l’église de la Madeleine. Le dernier road-trip de Johnny. Impressionnant. 

Johnny Hallyday a bercé notre jeunesse. On a tous dansé le twist en écoutant Johnny, l’idole des jeunes. Avec mes oncles, Guy Bennett et Pierre-Marie Ligondé, on passait des après-midi à écouter ses disques à fond la caisse. C’était l’époque des 33 tours. Que de beaux souvenirs. 

J’ai fait la connaissance de Johnny il y a près de 20 ans à un dîner chez une amie commune, Yanou. J’étais très émue de me retrouver face à lui. Ce soir là, il était accompagné de sa toute jeune et jolie femme Laetitia, qu’il venait d’épouser. Je me suis retrouvée à sa gauche à table et on a passé le temps du repas à se parler. J’ai découvert un homme timide, très réservé. Tout le contraire du Johnny sur scène. Il avait un côté émouvant, mélancolique. Comme it était un grand fumeur comme moi, il a passé la soirée à allumer mes cigarettes. Par la suite, on se croisait assez souvent à notre restaurant italien préféré. J’ai aussi eu le grand privilège d’être invitée à l’un de ses concerts. Quelle présence sur scène. Époustouflant. 

Je garde le souvenir de Johnny à une journée d’anniversaire de ses deux filles, Jade et Joy, à St. Barths un mois d’août. Lui et Laetitia m’avait gentiment invité à me joindre à eux pour l’occasion. J’ai découvert un Johnny, attentif, délicat et très présent pour sa famille. 

Je présente mes condoléances émues à son épouse Laeticia, à ses enfants, David, Laura, Jade et Joy.
Comme des millions de fans attristés, je pense à ma chanson préférée de Johnny, «Que je t’aime! Que je t’aime! Que je t’aime ».




Michele Bennett Duvalier
Paris, France

Le 9 Décembre 2017

© Tous Droits Réservés.

Aucun des textes ou partie de texte, des photos de Michele B. Duvalier, ne peuvent être reproduits dans un livre ou ailleurs à des fins lucratifs ou de propagande sans sa permission écrite.

Gessica Généus reçoit un prix au Sénégal pour son premier documentaire

La récompense après l’effort. L’actrice devenue réalisatrice Gessica Généus a reçu le prix du meilleur documentaire de création pour son film « Douvan jou ka leve » (le jour se lèvera) dans la catégorie moyen-métrage hier dimanche 10 décembre.


Cette prestigieuse distinction lui a été décernée par le jury 2017 dans le cadre du Festival du film documentaire de Saint-Louis. Un évènement qui a réuni plus de 10.000 spectateurs et une centaine de professionnels du cinéma et l’audiovisuel du 4 au 9 décembre Sénégal.


Cet endroit en lui-même est tout un symbole de la pertinence de cette œuvre cinématographique à un moment où l’esclavage est revenu au centre des débats. Et Mme Généus en est bien consciente: « Sénégal, c’est là où se trouve l’île de Gorée, l’un des plus grands pots de transportations d’esclavages, un des points pivot de la traitre negrière. Et mon film traite également de l’héritage colonial, de la colonisation de l’imaginaire. »


Premier prix pour ce film documentaire et pour sa carrière de réalisatrice, Gessica Généus a de quoi se réjouir. « Après avoir travaillé pendant si longtemps, quatre ans, sur un projet pour lequel on reçoit un prix, on n’est soulagé de voir que le temps n’est pas vain et qu’il y a des personnes qui portent un regard sur ce projet pour le mettre en lumière », a—t-elle déclaré très humblement à la Presse.


Et son attente ne s’arrête pas là. « Plus on voit le film, plus on prend connaissance de son existence, plus je me sens soulagée à l’idée que ce que je raconte contribue à faire avancer le débat. » Justement, en août dernier, on a retrouvé « Douvan jou ka leve » dans la programmation du festival États généraux du film documentaire organisé à Lussas, en France.


« Douvan jou ka leve », 52 minutes, est coproduit par SaNoSi et Rachèle Magloire. La réalisatrice Gessica Généus  a confié que  le film sera projeté en grande première en Haiti en février 2018.

Manno Charlemagne, mort d'un troubadour haïtien


Chanteur engagé le plus célèbre de son pays, il avait été contraint à l'exil avant de devenir, à la chute de la dictature du clan Duvalier, maire de Port-au-Prince.

En 1986, le cinéaste américain Jonathan Demme fait plusieurs voyages en Haïti, où il est le témoin des convulsions de la fin de la dictature du clan Duvalier : le «déchoucage», soit la chasse aux «tontons macoutes» et autres éléments liés à l’ancien régime, les espoirs placés dans une nouvelle société, le poids des traditions héritées de l’Afrique… Il en tire en 1987 un documentaire, Haiti : Dreams of Democracy. Deux ans plus tard, le futur réalisateur de Philadelphia et du Silence des agneaux rassemble dans la compilation Konbit, Burning Rhythms of Haiti les sons qui ont accompagné la révolution. Ce disque sera pour beaucoup d’amateurs la porte d’entrée dans l’univers luxuriant des musiques de la Première République noire. Au milieu des cadences trépidantes du kompa (l’ancêtre du zouk), on y trouvait un morceau qui dans son dépouillement guitare-voix donnait la chair de poule: Ayiti pa Foré de Manno Charlemagne.

Dylan et Cuba

 

En cette ère pré-Internet, les renseignements étaient rares sur ce twoubadou à la voix fiévreuse, qui évoquait autant le protest-song anglophone de la génération Dylan que la nueva trova de la Cuba socialiste. Joseph Emmanuel Charlemagne est né en périphérie de Port-au-Prince en 1948. Père absent, mère expatriée en Floride, il est élevé par une tante. A 15 ans, il est arrêté et torturé par les tontons macoutes, la milice de la dictature qui terrorisait la population avec de prétendus pouvoirs magiques.


Après avoir fondé un mini-jazz (orchestre dansant), le jeune «Manno» rejoint le mouvement mizik angajé et compose ses premiers brûlots. A la fin des années 70, le duo contestataire qu’il forme avec Marco Jeanty se fait connaître sur les ondes de Radio Haïti Inter. Mais leur popularité grandissante dans les milieux étudiants les met en danger. Après un album enregistré en 1978, Charlemagne s’exile aux Etats-Unis, puis à Montréal où il vivra longtemps. De cette période date le Mal du Pays, une de ses rares chansons en français.


En mars 1986, dans les semaines qui suivent la fuite de Bébé Doc, le dernier tyran de la dynastie Duvalier, il rentre au pays où il est acclamé. Il fonde un chœur sous forme de konbit (coopérative): Koral Konbit Kalfou. Son disciple le plus célèbre, Beethova Obas, en est issu. Les structures démocratiques tentent de s’installer dans un environnement chaotique, où les règlements de comptes se multiplient. Manno Charlemagne sera lui-même grièvement blessé dans une fusillade lors d’un concert. Cette situation lui inspire Ayiti pa Foré, acide chronique de l’après-Duvalier : «Si Haïti n’est pas une jungle, pourquoi y trouve-t-on tant d’animaux ?» 

Bouillonnement de chanteurs engagés dans la Caraïbe

 

La chanson appartient au 33 tours Oganizasyon Mondyal, ouvrage militant qui superpose à la grille d’accords folk une grille de lecture marxiste de l’histoire. Manno n’est pas un cas unique, depuis la décennie précédente, la Caraïbe est un bouillonnement de chanteurs engagés : Peter Tosh et Bob Marley en Jamaïque, Andrés Jimenez à Porto Rico, Luis Días dans le pays voisin de Haïti, la République Dominicaine, Guy Konkèt en Guadeloupe…


Et l’engagement de Charlemagne ne s’arrête pas aux textes des chansons. Il accompagne l’ascension de Jean-Bertrand Aristide, prêtre défroqué devenu le porte-parole des déshérités, et de son mouvement, Lavalas («l’avalanche»). «Titid» est réélu président en 1994 (son premier mandat avait été écourté par un coup d’Etat militaire) et son ami Manno devient en 1995 maire de Port-au-Prince, la capitale, pour un mandat de quatre ans. L’expérience lui laissera un goût amer. Echaudé, il retourne aux Etats-Unis, s’installe à Miami où il chante au restaurant Le Tap Tap, épicentre de la vie culturelle de Little Haïti. Il se produit aussi dans les universités et enregistre de nouveaux disques. Atteint d’un cancer du poumon, il désirait finir ses jours dans son pays. Dernière volonté qui n’a pu se réaliser: Manno Charlemagne est mort dimanche dans un hôpital de Miami Beach, à 74 ans. Quelques mois après son ami Jonathan Demme, qui lui offrit un petit rôle dans son film la Vérité sur Charlie.



Crédit: François-Xavier Gomez /Liberation
 

dimanche 10 décembre 2017

Musique/Nécrologie: Manno Charlemagne est mort !

Manno Charlemagne a rendu l’âme ce dimanche aux Etats-Unis. Un cancer du poumon a eu raison de celui qui chantait « Banm yon ti limyè ».

Aussi chanteur qu’écrivain ou compositeur folk, Manno Charlemagne naquit à Port-au-Prince, Boulevard Jean-Jacques Dessalines, à coté de la Boulangerie Morel, en 1948. Son engagement pour la justice sociale lui valut des inimitiés dans les rangs de la dictature. Cible d'attaques et de tentatives d'assassinat, il fut forcé à prendre l'exil aux États-Unis sous Jean Claude Duvalier.

Après sa mort, les réactions pleuvent. Entre autres, pour le chef de l’Etat Jovenel Moise, « le départ pour l’Orient éternel du chanteur engagé Manno Charlemagne constitue une grande perte pour le pays et pour le secteur culturel en particulier». M. Moise adresse ses « sympathies à la famille et aux proches de ce patriote qui aimait son pays avec passion. Haïti lui est reconnaissante. ».

Manno raconte sa vie, ici:...



jeudi 23 novembre 2017

Haïti/Musique et Nécrologie: Boulo s’en est allé sans recevoir un dernier « fè van pou mwen »…

Boulo Valcourt et Yves Mardice en concert (Image d'archives, courtoisie de Yves Mardice)
Boulo Valcourt et Yves Mardice en concert   
La nouvelle est tombée comme un couperet en début de soirée ce vendredi 17 novembre 2017, le départ de ce ténor de la musique Haïtienne  endeuillera pendant longtemps le monde du spectacle.

Boulo VALCOURT était un chanteur, compositeur, guitariste, parolier né un 12 février 1946 au Cap-Haitien 2ième ville du pays située au Nord de Port-au-Prince. Il a fait ses débuts musicaux dès l’âge de 16 ans et créa son groupe (Les Copains), deux ans après il s’expatrie pour le Canada et  des escapades aux Etats unis,  il a fait son retour au pays en 1975 où il a formé son groupe (Horizon 75) et  adoptera un style musical très Jazzy qu’il  gardera tout au long de sa carrière d’artiste qui dura plus de 40 ans de scène.

Primé pour ses œuvres musicaux…

Boulo VALCOURT en 1977 débute une longue collaboration avec le groupe Caribéen Sextet en tant que  Chanteur, guitariste, parolier sa voix fut remarquablement appréciée ce qui va lui donner un succès  démesuré  et une très  grande admiration des fans.

Sa première récompense de carrière fut une plaque d’or à Curaçao (Île Néerlandaise) en 1986 au festival international de troubadour, l’année suivante il sera de nouveau gratifié par un second prix et obtient une plaque en argent.

boulo2Sa musique le conduit sur des plus grandes scènes internationales.

Boulo VALCOURT a représenté plus d’une fois Haiti dans plusieurs continents, dans la capitale Béninoise en  Afrique (1991)

De l’Asie en passant par l’ Amérique du Nord, l’ Amérique du Sud, les Antilles Françaises, Néerlandaises et Anglophone… Ce globe-trotter musical  ne laisse personne indifférent quand il est en spectacle sur scène.

Yves MARDICE  Un ami, Un Frère, Un Condisciple de classe et de scène Témoigne…

 Très affligé par cette nouvelle «  Je n’y croyais pas ce départ aussi brutal » raconte Yves MARDICE. Nous étions en classe au Collège Georges Marc à la rue O (Centre de Port-au-Prince), je me rappelle comme si c’était hier, il séchait les cours pour aller jouer à la guitare chez lui… 

Boulo était un humoriste, il riait constamment, sa guitare était toujours en bandoulière, il avait une affection particulière pour les Femmes, il  n’aimait pas rester chez lui le soir, c’était un homme qui avait un franc parler, il appréciait ses amis, aimait voyager, un amoureux de la mer.

Boulo ne vivait que pour la  musique, il adorait la foule, un passionné de la vie, c’était un homme d’une grande sagesse, simple  et d’une sensibilité inouïe.

Il me disait que son plus grand Amour et Ami c’est sa guitare, la Femme est aussi l’une des sources de ses inspirations musicaux.

Mon dernier spectacle avec Boulo c’était en Floride cela remonte à environ 1 an je ne pensais pas qu’il allait partir pour l’au-delà aussitôt, laissant la scène libre, sans avoir une femme  pour lui faire un autre « Fè Van Pou Mwen »

Pas si longtemps il présentait son dernier opus en solo

Le 27 décembre 2016 il a présenté son dernier opus en solo avec la collaboration de ses amis, cet album ne sera pas interprété dans beaucoup de spectacles car la maladie aura pris le dessus sur l’homme au belle voix, Boulo VALCOURT restera l’un des meilleurs artistes qui a su garder sa ligne musicale de plus de 40 ans en mettant le son Jazzy dans toutes ses compositions…les titres que les mélomanes retiendrons sans doute tels que : Kenbe’m la, La pessonn, Café, Kem mwen fè mal…
Sympathies à sa famille, ses amis et collaborateurs de premières scènes, son départ laissera un grand vide dans le milieu de la musique Haïtienne qui depuis un certain temps est en quête de repère.

Crédit:

N.B.-: Image fournie par Yves MARDICE
Texte et rédaction Peterson HERCULE
                              Journaliste Reporter
Paris Novembre 2017
presscaraibes@gmail.com

mercredi 22 novembre 2017

Haiti/Chili: Michelle Bachelet reçoit Richard Joseph pour son acte de bravoure !

Michelle Bachelet et Richard Joseph, « un abrazo »
La présidente Bachelet du Chili reçoit au palais l`haïtien qui a sauvé la vie d`une chilienne.
Au cours de la matinée de ce mercredi 22 novembre 2017, la présidente du Chili Michelle Bachelet a reçu au palais La Moneda, Richard Joseph, le jeune haïtien qui, au cours du week-end, avait attrapé une femme tombée d’un neuvième étage à Independencia afin de lui sauver la vie.

Étaient également présents le maire Gonzalo Durán et des membres du groupe « Buena Onda », avec qui le jeune « héros » haïtien avait rendez-vous pour une rencontre le jour de l’accident.

« Son action nous parle du Chili que nous voulons construire, solidaire et impliqué dans le bien-être collectif. Richard, grâce à vous aujourd’hui, nous sommes un meilleur pays! » a tweeté la présidente.
En outre, la cheffe de l`état chilien a soutenu que Richard est un exemple, car il a décidé d’aider et de ne pas être indifférent.

Rappelons que dans des déclarations relayées par la presse, Richard, après son exploit, avait souligné que la chose la plus importante à ce moment-là, au lieu d’enregistrer une vidéo comme l’ont fait d’autres personnes, était d’essayer de sauver la vie de la femme.

À la suite de cette action, le jeune Haïtien s’est fracturé le pied droit, ce à quoi l’homme d’affaires et philanthrope Leonardo Farkas a réagi en lui offrant deux millions de pesos pour payer ses frais médicaux.

 N.D.L.R.- Cet article est tiré et traduit de l’espagnol à partir de la parution d’un papier journal chilien « El Comercio », ayant pour titre original « El héroe haitiano que salvó a mujer que cayó del piso nueve ».


Crédit:  avec CANAL+HAITI, EFE et El Comercio Chile

mardi 21 novembre 2017

Haiti/Chili: L’haïtien Richard Joseph, héros au Chili après avoir sauvé la vie d’une femme.


chili
Richard Joseph

Ce Dimanche 19 novembre, Richard Joseph, un ressortissant haïtien qui vit au Chili depuis plus de trois ans, a sauvé la vie d’une femme tombant du neuvième étage d’un immeuble en la recevant dans ses bras.

Dans une conversation avec l’une chaine de TV chilienne (24 Horas Chile), il raconte qu’il était dans les parages pour assister à une réunion avec ses amis quand il a remarqué qu’il y avait des gens autour de lui qui s’inquiétaient et qui poussaient des cris dissuadant quelqu’un de ne pas se jeter.

C’est en entrant dans le parking de l’immeuble qu’il a vu la dame s’accrochant à la fenêtre en train de dire des choses. Au lieu de prendre son portable et de commencer à enregistrer la scène, il a décidé d’agir autrement.

En essayant d’amortir le choc, Joseph a pensé logiquement à la sauver. Car, dit-il, si quelque chose amortit sa chute avant de recevoir le coup, il y a des chances que sa tête ne se fracasse sur le sol et qu’elle n’en meure pas.

Le ressortissant haïtien s’en sort avec sa jambe droite et ses bras blessés après être tombé par terre avec la femme en tentant d’amortir sa chute. « Je ne pensais pas que c’était dangereux pour moi, j’avais l’intention de la recevoir dans mes bras », a-t-il conclu.

Un acte héroïque qui n’est pas passé inaperçu. L’entrepreneur Leonardo Farkas a annoncé un don de 2 millions de pesos au profit de Richard Joseph pour son sauvetage.

Dans un de ses tweets, le philanthrope a décrit l’homme comme étant un «héros haïtien», en même temps qu’il annonçait la remise de l’argent pour que Richard Joseph puisse payer les frais médicaux découlant de son action.

Richard Joseph ainsi que la Chilienne, dont la presse de son pays n’a pas révélé l’identité, ont tous deux été blessés, mais rien de grave, étant donné que l’événement pourrait avoir des conséquences fatales... Regardez la vidéo ci-dessous:


DIASPORAMA-HAÏTI avec 24 HorasChile